Archives de mai 2010

Le Jeu de la mort et Le temps de cerveau disponible (2e partie)

4 mai 2010


l’autorité des médias en cognition — réduction de l’incertitude et tatouage cérébral

Là où Le Temps de cerveau disponible ne transforme pas l’essai du Jeu de la mort, c’est dans l’analyse de la téléréalité de manière plus générale, l’explication par les pulsions étant trop rudimentaire et obsolète au vu des avancées en neuro-sciences. Il est regrettable que l’équipe scientifique de Zone Xtrême n’ait pas été invitée à pousser plus loin l’interprétation cognitive de la téléréalité et son lien avec la publicité. Là où le premier volet était convaincant et terrifiant, le deuxième volet est défaillant et frustrant. L’explication psychanalytique habituelle par les pulsions fait fi de l’inconscient cognitif et paraît par trop réductrice : la téléréalité nous attirerait parce qu’elle met en scène nos pulsions de vie et de mort et fait appel à l’abject en nous. L’image du spectateur qui en ressort se fonde sur une vision très pessimiste de la nature humaine.

(suite…)

Le jeu de la mort et Le temps de cerveau disponible (1ère partie)

3 mai 2010

un essai non transformé sur l’autorité des médias

Le jeu de la mort est un documentaire éclairant, appuyé sur une recherche inédite en France dont le principe méthodologique est de construire une situation explicative. Christophe Nick et l’équipe de chercheurs qui l’entourent y démonte le mécanisme de l’autorité du dispositif télévisuel dans notre société, lié au processus plus général de socialisation aux écrans.  C’est une tentative courageuse, qu’il faut saluer, de créer un débat en France sur les relations cognitives entre représentations mentales et représentations médiatiques et leurs effets sur nos comportements, — effets déniés la plupart du temps. Malheureusement l’essai n’est pas transformé par le deuxième volet de l’émission, Le temps de cerveau disponible, qui ne poursuit pas l’explication cognitive. Elle l’affaiblit même en retombant sur une explication psychanalytique classique par les pulsions, qui ne reflète pas les avancées des travaux en neuro-sciences sur l’inconscient cognitif et le cerveau social en interaction avec l’environnement médiatique, dont la publicité fait intégralement partie.

(suite…)


%d blogueurs aiment cette page :