Figures de l’usager à l’ére cybériste (5) : le cyborg

Sur les réseaux numériques, la figure la plus récente de l’usager est celle du cyborg. Encore en émergence, elle est proche de l’univers des avatars. Elle implique à l’origine un agent cybernétique, représentant le corps dans la réalité virtuelle, notamment dans des films de fiction comme Tron (produit par Disney). Mais elle a évolué pour indiquer des éléments cybernétiques rattachés au corps de l’homme pour lui donner des capacités augmentées, par modification technologique. Cet organisme technologiquement modifié profile à l’horizon une relation à l’écran non plus comme interface mais comme prothèse extensive et intrusive.

L’expression (qui combine « cybernétique » et « organisme ») a été inventée en 1960 par Manfred Clynes pour évoquer la possibilité de vivre dans l’espace sans combinaison spéciale, par le biais d’implants et de drogues. Tout en renforçant la métaphore de la navigation dans le super éther qu’est le milieu inter-galactique, elle évoque « l’évolution participative » et implique par là une reconnaissance de la fin de la division entre l’organique et le machinique, et une acceptation consciente de la co-évolution homme-machine, avec les problèmes quotidiens traités par la machine pour libérer l’esprit de l’homme à des fins de créativité accrue.

 

Par ce changement de sensibilité et de mentalité, l’écran devient encore plus un espace-charnière, un artefact liminal à l’interstice entre animé-inanimé, humain-inhumain. Ainsi, Steve Mann à MIT, invente-t-il des  ordinateurs-vêtements (wearables) pour l’omni-accessibilité électronique. Ce sont des outils qui s’inspirent de ceux de la réalité virtuelle et ressemblent aux gants de données et autres casques à haute définition dont les caméras fonctionnent comme des yeux, reliés à un signal satellite qui lui permet de voir toutes sortes d’images. Mann parle de son existence comme d’une « réalité médiée » (mediated reality), ce qui pousse la médiatisation à son extrême. Son collègue Thad Starner joue sur la réalité augmentée (augmented reality), avec un écran d’ordinateur projeté sur une de ses rétines par un petit laser, tandis que l’autre peut regarder la réalité physique. Il contrôle l’ordinateur par le biais d’un pavé numérique (keypad), ce qui lui permet d’être à la fois dans l’espace physique et le cyberespace.

 

Cette réalité médiée a amené des activistes comme Donna Haraway à publier son manifeste des cyborgs dès 1991, pour installer leur existence dans la société de l’information à l’ère cybériste, tout comme Stelarc, qui veut briser nos attaches terrestres pour nous donner la liberté fondamentale de « determine your own DNA destiny »

 

Il  s’agit d’atteindre une nouvelle frontière de l’espèce :  la nature de l’information relève désormais de l’ingénierie génétique, qui travaille à même le corps, pour produire de l’action plus ou moins déléguée. A l’horizon, l’interaction homme-machine détient le potentiel disruptif d’une intégration homme-machine.  La construction de robots pour des tâches précises comme à l’ère industrielle ne suffit plus ; pour autonomiser encore plus l’action du sujet, la machine doit se doter d’une certaine agentivité  et artefactivité— un projet qui l’autonomise aussi au passage.

 

La nature du processus de communication se modifie à nouveau, avec un certain  transfert de la maîtrise et de la coopération à des organismes dont l’intelligence n’est pas discursive. Chris Gray se méfie de cette tendance, disant qu’il faut malgré tout garder le bio-pouvoir sur la machine, sans oublier les retombées dans la réalité où notre corps fonctionne encore en mode analogique. La technologie n’entraîne pas automatiquement la démocratie et aucune loi ne protège encore ces agents malgré leurs attributs presqu’humains…

 

 

Contrat Creative Commons
Figures de l’usager à l’ère cybériste de Divina frau-Meigs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.
Basé(e) sur une oeuvre à mediasmatrices.wordpress.com.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à https://mediasmatrices.wordpress.com/.

Explore posts in the same categories: Rôles & Publics

Étiquettes : , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :