Téléréalité 2001-2011: le 11 septembre de la télévision ou le début de la fin de l’ancêtre d’internet

Les programmes de téléréalité « deuxième génération », ceux des années 2007-2011, reflètent davantage les grandes incertitudes sur l’identité personnelle et l’utilité sociale de la personne, à une époque de fragilisation de la famille et de l’école, en manque d’autorité. Les programmes de téléréalité sont le reflet de la crise qui frappe ces deux entités-pilliers de la société, en France comme ailleurs (la plupart sont des adaptations/franchises de programmes anglo-américains). Dans leur dernier avatar, les émissions de téléréalité s’attaquent désormais à cette étape d’intervention sociale, avec des programmes du style « coaching » où la télévision met le spectateur sous tutelle : cure d’amaigrissement (J’ai décidé de maigrirThe biggest loserFat Nation), chirurgie esthétique (The Swan, Extreme Makeover) et, bien sur, échangisme (Trading Spouses, On a échangé nos mamans). Les programmes du type « do-it-yourself », de style humanitaire, quant à eux imitent une  philanthropie sociale qui montre en creux le sentiment de faillite des systèmes publics et étatiques de sécurité sociale (Les maçons du cœur,D&Co, Top Chef,). Ces derniers programmes révèlent en outre une complémentarité bien comprise entre les réseaux sociaux d’internet et la télévision, celle-ci récupérant en bout de chaîne des tendances fortes, comme la cuisine ou la décoration intérieure (champions toutes catégories de la blogosphère). En ce sens, les programmes de téléréalité sont l’espace de test où se réarrangent l’interaction commerciale entre internet et télévision à l’ère des réseaux à haut débit, chaque support étant attentif à ne pas tuer sa propre poule aux œufs d’or.

Face à ces désarrois amoureux et sociaux, ces médias jouent un jeu ambigu.  Ils  mettent en avant un épanouissement sans contrainte du corps, dans le rejet des interdits, mais, dans le même temps, ils introduisent de nouvelles brimades sur ce corps, par une nouvelle cruauté, celle des obsessions narcissiques sur  le look (toujours plus jeune), sur la ligne (toujours plus mince), sur l’environnement (toujours plus le reflet de son extimité). Ils contribuent à toutes sortes de dérèglements (dépression, anorexie, boulimie,…), avec tout le commerce collatéral que cela génère (chirurgie esthétique, consommation pharmaceutique, médicalisation du corps, régimes alimentaires et diététiques, équipements sportifs et aérobiques, etc.).  Les souffrances privées sont déplacées, pas abolies.  Le script de la répétition compulsive apparaît alors comme une sorte de formation continue à la consommation de produits vecteurs de narcissisme, comme les crèmes de beauté, les vêtements, les chaussures, etc.

Une telle analyse oblige à conclure sur l’impact très relatif de ces programmes en termes  d’émancipation sociale. Ils contribuent à l’idéologie néo-libérale affolée et frénétique de l’époque actuelle, laissant l’autorité des modèles aux médias qui promeuvent la représentation narcissique de l’individualisme, dans le parcours de la consommation de soi, avec des incursions croissantes dans la surveillance des goûts et des pulsions intimes de la personne, afin de lui vendre le type de service dont elle ignore avoir besoin. Surtout, ils n’encouragent pas la prise de distance par rapport à ce système aliénant où tout le monde doit apprendre à « se vendre ». Le propre de ce système est de faire porter la responsabilité des situations sur un individu de plus en plus seul et isolé, la faute étant à son manque de talent, de jeunesse, d’énergie, d’initiative, etc. et surtout pas à un système détraqué et destructeur. Il y a peu de gain à en retirer, si on n’a pas de « talent » particulier à mettre en échange sur la scène télévisuelle.  Ces nouveaux programmes, en accompagnant la crise, préemptent toute critique des raisons de la crise…

 

Contrat Creative Commons
Téléréalité 2001-2011: le 11 septembre de la télévision ou le début de la fin de l’ancêtre d’internet de Divina frau-Meigs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.
Basé(e) sur une oeuvre à mediasmatrices.wordpress.com.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à https://mediasmatrices.wordpress.com/.

Explore posts in the same categories: Décodages

Étiquettes : , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :